Bienvenue : S'identifier |  Créer un compte
 
 
Providenz sur facebook
Providenz sur facebook
Les héros
Imprimer le produit
Envoyer par mail
Ceux qui se sont distingués durant l'histoire de l'exil, dans un sens... ou l'autre...
Rares sont ceux ayant le caractère et la force d'âme pour fédérer et construire ... enfin plutôt... reconstruire.


Darholm (mort) fut de ceux-ci.

Pur guerrier aux talents de forgeron reconnus, peu à l'aise en milieu aquatique, anecdote qui le suivra tout au long de sa vie, il fut l'un des premiers à rallier le culte d'Halvor.
Il fut aussi un des premiers à le quitter. Il fut suivi en cela peu de temps après par son compère Almut avec qui, après la dernière guerre de religion, voulant s'isoler à tout prix, il fonda la communauté des grottes dont le fondement fut d'abord l'isolement et le refus des dieux.

Le temps fait son œuvre et les esprits changent bien souvent.
Des compagnons finirent par les rejoindre et la communauté s'ouvrit peu à peu alors que parallèlement elle prospérait économiquement jusqu'à devenir la plus riche de ce continent et devenait aussi plus tolérante aux cultes.
Se fut le cas au point que l'on retrouva la communauté des grottes aux côtés des Almariens dans la guerre contre les fils de la nature, guerre pendant la quelle il mourut héroïquement.
Forgeron émérite, guerrier craint et surtout père fondateur de la communauté des grottes, Darholm restera un des héros les plus connus de son temps.
Son dernier combat pour essayé de sauvegarder son village seul face à ses ennemis qui le martyrisèrent devint légende.

Skoelström Anna Emma

Fille unique d'un Jarl d'un clan Tvangien, elle est un pur produit des femmes Tvangiennes.
Verbe haut et autorité, intransigeance, main de fer dans un gant de velours, elle représenta la droite ligne des anciens cultes, son franc parler et son intransigeance lui valant de nombreux ennemis.
Mais fut en toute heure et époques un socle, une référence pour beaucoup.

Elle devint un guide pour sa religion et fut la première à réagir, celle appelant à la croisade devant le danger et les menées croissantes d'Halvor.
Se fut elle qui trouva le site béni d'Almaria, guidée par les dieux disent certains, et proposa à ses compagnons de le baptiser ainsi.
Véritable pilier de la réforme du culte, elle devint la prêtresse d'Answald et fut l'instigatrice de nombreux essais idéologiques.
Son autorité et son intransigeance, à la fois ses qualités et défauts firent que la communauté devint la plus importante de ce continent, ses talents d'architecte faisant d'Almaria la ville la plus aboutie et sans conteste la plus belle.
Précieuse, mais ne faisant l'unanimité de par son intransigeance, des scissions eurent lieu et quelques départs se firent.
Elle fut celle qui traqua sans relâche l'Halvorisme pour en éliminer les éléments dangereux pour sa communauté, suivie en cela de quelques vikings investis eux aussi.

Elle est toujours vivante, mais ces dernières années l'ont vu prendre du recul par rapport à la politique.
Elle se consacre beaucoup plus au clergé qu'elle finit d'organiser ainsi que des soucis d'intendance d'Almaria.
La maternité lui occupe aussi une bonne part de son précieux temps.

Agden (mort)

Jeune homme lors de l'exil, il traversa un peu apeuré la brûme et les guerres de religion.
Ayant perdu très tôt ses parents, il fut un de ces nombreux orphelins livrés à eux même et dépendant uniquement d'eux mêmes et se faisant par eux mêmes.
Regelien convaincu, sa foi ne fit que se renforcer, chose assez rare tant les défections aux anciens cultes étaient nombreuses.
Il fut de la poignée de survivants qui rejoignit les fondateurs d'Almaria dans un second temps.

Apprenant sur le tas, toujours plein de bonne volonté, seul forgeron arrivant à concurrencer Darholm, il finit par dépasser ce dernier en son art.
Son fléau de guerre lors de la guerre contre les fils de la nature devint légende. Tant ses dégâts étaient ravageurs, de sa bouche même, l'ennemi le baptisa le "fléau".

Bras droit d'Anna Emma Skoelström un temps, il finit par la quitter lui reprochant la prédominance qu'elle donnait à Tvang en Almaria.
Dès lors, la restauration du culte de Regel devint un leitmotiv, Agden devint aussi le parangon de l'unité. On lui reprocha cependant le fait de n'être que l'unique partisan de son unité, celle de Regel. Désillusionné sur la nature humaine et les égoïsmes qu'il put retrouver dans toutes les communautés, de plus en plus obnubilé par Regel et la justice à tout prix, ce jeune homme droit honnête et fiable finit par prendre ses distance avec les cultes, la politique, l'unité à faire à tout prix pour survivre, lorsqu'il connut l'amour en la présence d'une jeune femme.

Ironie de l'histoire, se fut lorsqu'il se préoccupa le moins de l'unité et relégua la justice au second plan que son rêve se réalisa et c'est ainsi qu'il devint l'un des piliers de l'unité militaire affichée lors de l'attaque des fils de la nature.
Il mourut en héros lors de cette guerre, se sacrifiant littéralement pour ses compagnons, sa compagne, de désespoir se jeta alors dans un brasier afn de le rejoindre au Valalah.

Arkanath

Humble guerrier Tvangien, il fut l'exemple le plus parfait et le plus abouti des ces hommes humbles, qui prirent l'exil, surent prendre les rênes de leur destin pour peu à peu guider leurs compagnons déboussolés et démoralisés.

Il fut de ceux qui se battit contre l'ennemi alors que les nobles et les langues bien pendues prenaient la fuite.
Bonne pâte, tolérant mais parfois sanguin en bon Tvangien, pétri de ses principes guerriers, il se révéla donc pour devenir un guide presque naturel bien que parfois trop éffacé.

Ce dernier trait de caractère fut sa force et sa faiblesse car on apprécia qu'il ne se mette pas en avant, on apprécia aussi son esprit ouvert et patient, mais on lui reprocha une certaine mollesse, ou du moins, un manque d'initiative lors des moments clés.
Il laissa aussi trop de place aux arrivistes et corrompus car cœur trop pur et naïf, il ne voyait les traits sombres de la nature humaines que lorsqu'ils étaient sous ses yeux.

D'un commun accord Arkanath passe pour le plus grand guerrier de son époque.
On le vit lors des croisades religieuses en bras armé d'Answald, on le vit sans crainte partir à l'assaut ... d'assaillants.
De son épée à deux mains, il tint tête à une troupe de trois ours pour que de jeunes Almariens puissent s'enfuir de ce guêpier.
Vénérés par ses derniers qui le considèrent comme leur père, le guerrier bourru au grand cœur finit par devenir le Jarl d'Almaria, rôle qu'il rechigna toujours à assumer officiellement qu'il avait depuis maintenant de nombreuses années.
En cela, et c'est assez notable pour le souligner, les dieux eux mêmes bénirent son sacre en se manifestant en l'autel d'Answald lors de sa cérémonie d'investiture faisant de lui un Jarl parmi les Jarl au statut bien à part.

Almut

Compagnon contre vent et marée de Darholm, il le suivit partout, en tout chose et en tout point.
Inséparables les deux compères sont quasi indissociables dans l'histoire de notre continent et s'il était une légende illustrant l'amitié, se serait bien la leur.
Beaucoup plus rude que Darholm, plus bourru mais attention aux apparences, Almut n'en était pas moins un homme de coeur.
Seul guerrier à pouvoir rivaliser avec Arkanath au point qu'on finit par se demander qui l'emporterait en cas de duel ... hache double contre épée à deux main.

Main de l'ombre aussi, car collecteur infatigable, il fut beaucoup plus sage que d'aucun pouvait le supposer.
Rusé et clairvoyant aussi, car il parvint à arriver à temps pour se joindre à la défense du siège d'Almaria.
Sans lui, il n'est pas du tout dit que la ville aurait tenu tant le combat fut indécis jusqu'à la dernière charge.

C'est d'ailleurs après ce combat, dans une bataille d'arrière garde aux côtés de ses alliés Almariens partis ensemble en mission de reconnaissance pour voir ce qu'il était advenu des grottes, qu'il tomba dans une embuscade et perdit sa jambe.
Anna Emma Skoelstrom le trainant hors du champs de bataille alors qu'il la maudissait et hurlait de toutes ses forces malgré sa jambe coupée pour retourner au combat et mourir afin de rejoindre Darholm dont les "restes" étaient visibles.
Chose d'ailleurs qu'il réussit à faire ... en rampant.
Il survécut à ce dernier combat et à sa blessure pour devenir l'un des vétéran de guerre les plus respectés de ce monde, et les jeunes gens toujours ébahis par sa terrible jambe de bois.

Fondateur historique des grottes, il en est maintenant l'unique dirigeant ... mais pas le seul survivant puisque sa nièce, fille de Darholm a survécut au massacre, consolation à la perte de son cher ami qu'il pleure tous les jours.

Alwine (morte)

Toute première prêtresse d'Havlor, on la pensait ambitieuse, on pensait le culte entrain de s'implanter durablement... mais patatra, tout s'effondra avec la guerre de religion.
Alwine vit elle aussi, tout comme l'Answald l'avait connu avant, les défections se multiplier, ainsi que la mort de ses proches.
Elle ne pardonna jamais tout à fait leur défection à Almut et Darholm qui étaient de ses proches au départ.

Elle fut celle qui, selon la légende, libéra les vikings de la malédiction de la brume en leur donnant accès aux souterrains de la citadelle puis au continent en lui même.
L'histoire ne le dira jamais, mais la malédiction fut elle vaincue grâce aux pouvoirs conférés par Halvor ou tout simplement les pouvoir de la magicienne?

Elle découvrit la première le site de Seppa Toivo auquel elle donna ce nom et s'y implanta avec une dernière poignée de fidèles.
Hélas, son ambition avait été vaincue, mais l'avait elle été vraiment et ne serais-ce pas là encore l'œuvre des mauvaises langues?
N'aspirant plus qu'à la paix et le repos, elle n'assuma dès lors plus son rôle de prêtresse, ou du moins, très ponctuellement.
Privé de ses adeptes, privé de sa tête, le culte finit tout à fait de péricliter alors que dans le même temps, des personnages pour lesquelles la survie n'étaient pas vraiment le premier souci commençaient à s'implanter en ville.

Alwine se faisant de plus en plus discrète, ses adeptes décimés par une dernière attaque d'Almaria qui s'inquiétait de l'implantation de ces mêmes personnes en Seppa Toivo, on entendit alors plus jamais parler d'elle.
On dit qu'elle se jeta du haut de la falaise, fuyant en cela à jamais son destin et laissant sa ville en déshérence.

Sven (mort)

Repris de justice, bandit de grand chemin longtemps traqué par les Almariens, il finit par s'installer à Seppa Toivo avec sa compagne.
Bientôt rejoint par d'autres bannis, ils prirent le contrôle de Seppa Toivo.
Mais... Sven était devenu un homme avec des responsabilités et se rendit compte de son erreur, à savoir que l'on ne pouvait vivre en volant ou tuant, ou encore dans la vengeance éternelle, bref il mit fin à sa clandestinité pour construire.

Le bandit se fit gestionnaire et devint un bon chef de village bien qu'il eut du mal à contenir et à cerner une partie des repris de justice l'ayant entre temps rejoint.
Il noua des liens avec ses ennemis d'hier, les Almariens. D'abord ténue, la confiance commença à s'établir alors que les premiers échanges frémissaient pour la première fois entre les deux communautés alors que la réforme de l'Answald ne le laissa pas indifférent lui qui avait suivi son culte avec trop de ferveur; l'Hemlich.
Une alliance allait même être signée, mais ... il fut dépassé, ou plutôt trahi, car ses amis se révélèrent ses meilleurs ennemis et inversement.
Il fut lâchement assassiné par la frange la plus sombre de son propre groupe avec sa compagne, mais tout cela n'avait il pas été prévu dans le départ?

Après sa mort, Seppa sombra définitivement et devint un village fantôme.

Varg (mort)

Un bien étrange nom, pour un bien étrange personnage.
Un nom sec, claquant dans le long courant de notre histoire.
Il est bien difficile de dire ce qui est véridique, est du à la propagande ou bien à la légende dans sa vie.
S'il y a un fait à retenir dans cette histoire, c'est la haine, une haine sans fin et sans limite à laquelle se livrèrent Varg et Anna Emma Skoelström.

Deux caractères, deux caractères bien trempés et en cela comparables, mais totalement opposés sur la forme.
Leur haine commença bien avant le culte d'Halvor et elle n'en est que plus notable.
Il parait même qu'elle commença durant l'exil. On parle de honte, on parle de soumission, on parle d'orgueil mais nul ne sait... à part les survivants.
On parle aussi de mort car l'un laissa l'autre pour mort, la légende nous dit cinq fois... et à chaque fois cette personne se releva.

Cette haine ne fit que grandir et ne connut plus de limite lorsque les deux protagonistes se retrouvèrent chacun dans un camp.
Varg fut en effet l'un des premiers à rejoindre l'Halvor après Alwine.
Il devint le bras armé d'Halvor et dirigea son armée.
Il fut laissé pour mort plusieurs fois durant la guerre de religion et fut l'un des seuls si ce n'est le seul à prendre le maquis pour continuer la lutte armé de l'Halvor contre l'Answald.

Semblables disions nous... et tellement dissemblables...
Dès lors, mêlés à des repris de justice on perd sa trace et on ne sait si au final il continuait à combattre pour l'Halvor ou tout simplement pour nuire à Almaria par ses activités de banditisme.
Il parcourut le continent un moment, tel une âme en peine, on le vit un peu à Seppa Toivo mais il ne sembla jamais s'entendre vraiment avec ce qu'il restait d'Alwine.
On le vit aussi, rôdant dans les parages d'Almaria.

Il refit vraiment surface lors de la dernière phase des guerres de religion, lors de la dernière attaque d'Almaria sur Seppa plus précisément.
Il réussit d'une part à s'enfuir du siège, mais recommença à rallier contre l'Answald.
Il n'a jamais été tout à fait avéré même si des témoignages d'un habitant d'Almaria semble le confirmer, mais il serait l'auteur de la destruction de l'autel d'Answald de cette même ville.
Sa plus magnifique victoire sur ce culte et son adversaire tant honnie, d'autant qu'il profita du pillage de Seppa Toivo pour agir en toute impunité en Almaria et en prenant tout son temps.

Dès lors, c'est tout la communauté, tout le culte de l'Answald qui voua une haine tenace et sans bornes envers celui qu'il considérait comme le dernier tenant de l'Halvor et le dernier bandit de grand chemin.
Jamais, les Almariens ne réussirent à le tuer par les armes, jamais ils ne surent ou ne comprirent de quel culte il était vraiment car, certains commencèrent à le suspecter de n'agir que pour lui même et de jouir de la zizanie des cultes et entre les cultes, de cet halo sombre d'incertitude sur sa personne et sur le Halvorissme aux yeux de beaucoup qu'il avait semé.

Jamais on le tua définitivement, mais jamais on ne le revit vraiment tant on disait qu'il n'osait sortir de sa tanière.
On raconte même en Almaria qu'il serait revenu demander la paix pour pouvoir reprendre la direction de Seppa Toivo.

Dans toute vie il y a des mensonges et incertitudes.
Dans une grande vie, tous ces côtés sont décuplés, amplifiés, déformés et on finit par avoir du mal à distinguer ce qui est vrai ou ne l'est pas.
Cela est particulièrement ardu dans la vie de Varg.

Brakos (mort)

Brakos bien que plus vieux que ses compagnons d'Almaria est arrivé en pleine force de l'âge sur le continent quatre ans après la fondation d'Almaria.
Il laissait derrière lui une femme, Astrid et un jeune fils qu'il ne connu jamais en raison des vicissitudes de l'exile.
Très bon archer, il ne pouvait néanmoins rivaliser avec illianae aussi, sut il toujours miser avant tout sur la ruse.

C'est ainsi que durant la dernière guerre contre les fils de la nature il mena une véritable guérilla à lui tout seul, tentant de multiples embuscades à l'ennemi dans la forêt chenue et même dans les rues d'Almaria.
Prônant lui aussi l'unité, il ne s'entendit que sur le tard avec Agden. Il essaya à un moment de relever Seppa en la plaçant sous la protection d'Answald, mais il était définitivement trop tard.

Brakos est le seul et unique viking à être mort de vieillesse en ce continent, il est lui aussi retourné à Almaria sur ces vieux jours et y est inhumé aux côtés d'Aldarik.

"Mais pourquoi nous vous unissez vous donc pas!!?" Dit il en claquant la porte et s'en allant..."